Félix et Meira ****

30 janvier 2015

Critique rédigée à l'occasion du FNC 2014

Rien dans le quotidien opposé de Félix et Meira ne pouvait prédire leur rencontre à première vue, encore moins leur histoire d’amour.

Réalisateur : Maxime Giroux | Dans les salles du Québec le 30 Janvier (Funfilm)

A Most Violent Year (L'année de toutes les violences) ***½

Au début des années 80, à New-York, Abel Morales (Oscar Isaac) tente de se faire une place dans le milieu du commerce du pétrole. Tout se passe plutôt bien, jusqu’à ce qu’il se voit confronté à quelques problèmes majeurs.

Réalisateur: J.C. Chandor | Dans les salles du Québec le 30 janvier 2015 (Remstar)

Wild Card **

Nick (Jason Statham), un garde du corps paumé vivant à Las Vegas, devient la cible de criminels après qu’il ait aidé une amie à se venger de l'homme qui l’a violée.

Réalisé par Simon West | Dans les salles du Québec le 30 janvier 2015 (VVS Films)

Black or White **

La garde d’une fillette élevée par son grand-père maternel (Kevin Costner) est remise en question lorsque la grand-mère paternelle (Octavia Spencer) demande aux tribunaux d’intervenir en sa faveur.

Réalisateur : Mike Binder | Dans les salles du Québec le 30 janvier 2015 (D Films)

DVD: Open Windows (Meurtre sous surveillance) ***

27 janvier 2015

(Réalisateur : Nacho Vigalondo; disponible en DVD au Québec chez Métropole Films à partir du 27 Janvier 2015)

Si on devait s’adonner au jeu un peu facile des références, on pourrait qualifier le dernier film de Nacho Vigalando (Timecrimes) de croisement habile et ambitieux entre Rear Window et Strangers on a Train, sauce 21 ième siècle. Du premier, Open Windows retient le huis clos.

Entrevue avec Maxime Giroux (Félix et Meira)

24 janvier 2015

Photo: Courtoisie
À quelques jours de la sortie de Félix et Meira (lire la critique écrite par Sami Gnaba à l'occasion du dernier FNC), qui s’est fait déjà fortement remarquer à l’occasion des festival de l’automne dernier (prix du meilleur film canadien au TIFF, Louve d’or au FNC), nous avons eu le plaisir de rencontrer son réalisateur Maxime Giroux. Ce fut l’occasion pour nous de parler de son travail de documentation, de sa directrice photo Sara Mishara, des scènes du film qui comptent à nos yeux… mais aussi de la difficulté de quitter une communauté connue pour son orthodoxie!
 
Rechercher sur cinéfilic

Suivre Cinéfilic

Archives