Larry Crowne **½

1 juillet 2011

Larry Crowne (Tom Hanks) doit remettre sa vie en question lorsqu'il perd son travail comme vendeur à U-Mart en raison d’une loi qui défavorise les non-diplômés universitaires. Crowne retourne alors aux études et fait la connaissance de Mercedes Tainot (Julia Roberts), une enseignante également à la recherche d’un nouveau départ.

Réalisateur: Tom Hanks │ En salles le 01 juillet 2011 (Alliance Vivafilm)


À la fois réalisateur, coscénariste (avec Nia Vardalos, My Big Fat Greek Wedding) et acteur principal de son second long-métrage, Tom Hanks dresse un portrait sensible,  quoiqu'un peu élémentaire et rose bonbon, de la crise de « l'homme moderne ».
La vie confortable des protagonistes s'effondrant d'un coup (carrière, reconnaissance sociale et sécurité du foyer pour Crowne, relation conjugale pour Tainot), ils se retrouvent tous les deux inquiets face à la nouvelle vie qu'ils doivent se créer. Alors que Mercedes se réfugie dans l'alcool, Crowne décide de se réaffirmer comme individu. Il tente entre autres de bâtir sa personnalité en équilibrant fougue de jeunesse (il développe une passion pour la motocyclette) et sagesse d'esprit (sa grande volonté d'apprentissage et de don de soi). Confiné dans la dure période de l’entre-deux âges, Crowne réussit à se faire apprécier dans un nouveau cercle social (de jeunes motocyclistes) et à aider (et conquérir) sa ravissante institutrice. Autrement dit, tous ses ennuis se règlent magiquement, comme s’ils n'avaient jamais existé. Cela donne un brin de superficialité et d'invraisemblance au film (encore cette tendance de Hanks à jouer des individus qui s'en sortent miraculeusement), mais n'empêche pas Larry Crowne d'être une comédie romantique assez agréable.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon