Merci patron! ***½

14 octobre 2016

Vu dans le cadre du FNC 2016

François Ruffin prend sous son aile les membres de la famille Klur, endettés jusqu’au cou et menacés d’éviction, dans une manigance élaborée pour obtenir justice auprès du groupe LVMH, qui les a licenciés après la délocalisation d’une de ses usines.

Réalisateur : François Ruffin – Dans les salles du Québec le 14 octobre (FunFilm)

Avec son documentaire satirique Merci Patron!, François Ruffin entreprend de critiquer la tendance à la délocalisation des usines dans le but de sauver des coûts de production. Le documentariste adopte un personnage de défenseur de Bernard Arnault (dirigeant du groupe LVHM) qui ne cherche qu’à établir un dialogue entre sa grande idole et les gens qui sentent avoir été brimés par ses décisions.
En tentant de présenter les actions du groupe comme justifiable, le protagoniste (affublé de chandail et casquette « I love Bernard ») souligne ainsi l’ironie du langage des entreprises face à la réalité des gens qui doivent vivre avec les conséquences de tels choix.
Le tout passe à la vitesse supérieure lorsque Ruffin entre en contact avec les Klur, une famille dont les énormes problèmes financiers sont liés à leur licenciement d’une entreprise sous-traitante de LVHM. Au lieu de se contenter de récolter témoignage frustré après témoignage frustré Truffin décide d’agir de façon tangible. Il met donc les efforts nécessaires pour réparer les dégâts de Bernard Arnault en allant chercher l’argent où il est : dans les poches de LVMH.
Il est rare que le cinéma ait un impact aussi concret. Les documentaristes réussissent – littéralement – à changer la vie d’une famille, au long terme, tout en faisant passer leurs propos fortement critiques. En plus de son ton vertueusement en colère et de son thème d’actualité, le film est hautement distrayant, comme le serait un Ocean’s Eleven pour sauver des gens de la rue, avec toutes les manigances et mises en scène que cela implique.
Malgré la réussite finale, elle n’est que douce-amère, puisque la solution au problème vient de la source de leurs malheurs et que, à grand échelle, il n’y a rien de vraiment de résolu. Par contre, comme l’explique le représentant de l’entreprise (un homme qui ne peut s’empêcher de crier tout ce qu’il dit) : c’est l’image de ces grands dirigeants qui est importante. S’il y a une chose que ce documentaire accomplit, c’est de les ridiculiser de façon spectaculaire!
L'avis de la rédaction :

Olivier Maltais: ***½
Martin Gignac: ***
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon