Les États-Unis d’Afrique **½

2 mars 2012

En préparation pour son nouvel album (Présidents d’Afrique), le rappeur sénégalais Didier Awadi parcourt les différents pays africains (avec une escale aux États-Unis) afin de recueillir les discours des grands hommes (révolutionnaires ou présidents) qui ont milité pour l’avancement de l’Afrique.

Réalisation : Yanick Létourneau | Dans les salles du Québec le 2 mars 2012 (Office National du Film)

En moins d’une heure et demie, le documentaire de Yanick Létourneau arrive à appréhender la démarche d’un artiste d’exception : la caméra s’attache à Didier Awadi, qui traverse le continent africain, à la recherche des récits traditionnels relatant les moments glorieux de son histoire. La démarche du chanteur s’inscrit dans un désir d’éducation du peuple. En effet, le rappeur souhaite faire de son album un outil pédagogique qui sera utilisé dans les écoles auprès des élèves qui en savent plus sur l’histoire de la France ou de la Russie que sur celle de leur continent d’origine. En se positionnant simplement comme un témoin, Yanick Létourneau signe ici une œuvre conventionnelle qui va droit au but; le réalisateur laisse en effet toute la place à son sujet. Les rencontres entre le rappeur et différents chanteurs africains (qui collaborent au disque) montrent efficacement à quel point ces artistes sont politisés. À travers leur art, on ressent leur conscience et leur lucidité face à la situation.
Le documentaire, malgré une note finale optimiste, démontre à quel point le problème africain demeure entier. C’est néanmoins par l’art, et non par les armes, que les protagonistes de ce film ont décidé de combattre ce fait, ce qui n’est pas négligeable.
Avis aux spectateurs intéressés : les thèmes abordés dans le documentaire rejoignent ceux qu’avait abordé Abderrahmane Sissako dans son film Bamako ****.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon