Livre: Un si beau monstre

8 décembre 2012

(François Forestier; Albin Michel; 288 pages; 29,95$)

Marlon Brando a tourné avec les plus grands, a possédé les plus belles femmes du monde et a touché des cachets mirobolants. Pourtant, il a fini seul, obèse et mentalement de plus en plus troublé. Ses relations avec les femmes de sa vie furent catastrophiques, un de ses fils a été condamné pour meurtre, une de ses filles s'est pendue avec une laisse à chien...
Après s'être intéressé à Howard Hughes, à Aristote Onassis et au couple Marilyn / JFK, François Forestier continue à ne pas faire dans la demi-mesure en disséquant au scalpel le phénomène Brando, probablement un des plus grands gâchis de l'histoire d'Hollywood. Son livre, particulièrement bien documenté, vous permettra de tout savoir de la vie secrète de Marlon Brando. Malheureusement, l'auteur semble vouloir rester en surface, multiplie les anecdotes et se contente trop souvent de nous livrer des détails croustillants en abusant d'effets de style faciles (qui donnent trop souvent à son livre des allures de roman populaire) et de jugements à l'emporte-pièce (nous sommes d'accord pour admettre que Marlon Brando n'a pas tourné que des chefs d’œuvres, mais ses films auraient tout de même mérité des jugements plus nuancés). À la longue, ces procédés finissent par lasser et nous donneraient presque envie de nous détourner du livre. Pourtant, avouons-le, ce que nous y apprenons sur Brando prend tout de même le dessus et nous restons accrochés aux pages qui s'enchaînent.
En prenant un peu de recul et en acceptant de jouer un rôle d'observateur plus neutre du phénomène, François Forestier aurait probablement réussi à nous expliquer la fabrication d'un monstre... à la place, il nous livre une compilation de potins. Marlon Brando, malgré tout ce qu'on peut avoir envie de lui reprocher, méritait probablement mieux que ça!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon