The End of Time (La fin du temps) ***

12 décembre 2012

L’accélérateur de particules du CERN, des coulées de lave à Hawaï, des rues entières de Détroit abandonnées par leurs habitants et un rite funéraire hindou donnent l’occasion au réalisateur Peter Mettler de s'interroger sur le temps.

Réalisateur: Peter Mettler | Dans les salles du Québec le 12 décembre 2012 (Métropole Films Distribution)

De l’observation de l’infiniment petit (grâce à l'accélérateur de particules du CERN) à l’observation de l’infiniment grand (grâce aux observatoires du Mauna Kea, à Hawaï), en passant par celle des catastrophes naturelles, du quotidien ou du cycle de la vie, tout est prétexte pour Peter Mettler à une réflexion sur le temps (qu'est-il vraiment: une réalité, une illusion, un concept?)
Les témoignages pertinents sur lesquels il s’appuie (souvent en voix hors-champ) nous proposent des pistes de réflexion, mais jamais le réalisateur ne prend trop le spectateur par la main. Il préfère au contraire faire confiance à son intelligence en lui aménageant des moments plus calmes. Certains trouveront durant ces presque deux heures un terrain propice à l'introspection pendant que d'autres, plus rêveurs, se perdront peut-être dans la beauté et la poésie des images magnifiques (soutenues par une bande son aussi belle que discrète) et oublieront de se laisser aller à leur réflexion sur le temps.
Et si justement, dans ce monde où tout s’accélère, le cinéma était un des derniers endroit où rien ne semble pouvoir venir troubler l’écoulement paisible du temps?
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon