VOD: The Humbling *½

23 janvier 2015

(Réalisateur : Barry Levinson; disponible en VOD au Québec chez VVS Films à partir du 23 Janvier 2015)

Dans les premières pages de son livre (dont The Humbling est l’adaptation), Philip Roth décrit l’humeur dépressive de son personnage principal en ces termes: « Le charisme qui avait été le sien, toute son originalité, ses singularités, ses traits distinctifs, tout ce qui avait fonctionné(…) ne marchait plus, quel que fût le rôle ». Description pour le moins cruelle d’un acteur au talent érodé par le temps, la lassitude, l’absence de nouveaux défis, cette phrase contient une vérité déchirante si elle est employée intelligemment dans un récit. Convertie en une scène et énoncée par nul autre qu’Al Pacino (l’un des acteurs séminaux du cinéma moderne), elle projette sur tout spectateur ayant le moindrement suivi la carrière de l’acteur une émotion qui laisse pantois. Barry Levinson (Rain Man, Wag the Dog), visiblement peu inspiré, en est tout aussi conscient. L’histoire de ce grand acteur de théâtre sur le déclin en quête d’un dernier souffle de crédibilité artistique, alors qu’il entame le dernier acte de sa vie, contient une cruelle ressemblance avec celle du mythique comédien américain qui l’incarne, dont la carrière récente se limite l’auto-parodie (Ocean’s Thirteen, Jack and Jill, The Son of No One) souvent gênante, au même titre que son contemporain Robert De Niro.
On comprendra que l’histoire et les délires de Simon Axler, le protagoniste, deviennent très vite de second plan dans le film, tandis que celle de Pacino, de tout son corps vieilli, de son aura fanée, en quête d’un dernier grand rôle au cinéma, ne cesse de se raconter à chaque plan, et ce jusqu’au vertige, comme l’atteste la plus belle séquence du film (Axler, interné dans un hôpital psychiatrique, confesse à son thérapeute son sentiment de vacuité, conscient d’avoir perdu son don, son talent, ses repères dans le monde... sobrement).
Pour un rare moment dans le film, Levinson ne triche pas et s’investit pleinement dans le drame de son personnage. Son regard, empreint d’une empathie et d’une tendresse pour son ami acteur est prêt à irradier des dizaines et des dizaines de films faits sans une once d’humanité en eux. Durant ce moment, The Humbling tient de la confession. Pacino déballe alors son monologue le plus émouvant qu’il ait peut-être jamais produit à l’écran, car le plus intime et le plus vrai.
Il est regrettable qu’il se soit livré à une telle exposition de soi dans ce film d’une si embarrassante confusion et d'un insurmontable ennui… On est très loin de l’intelligence de Sils Maria ou de la mise en scène virtuose de Birdman!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon