Restless (Sans répit) ***

30 septembre 2011

Annabel Cotton ( Mia Wasikowska) est en phase terminale de cancer mais possède une soif de vie débordante. Enoch Brae (Henry Hopper) est fasciné par la mort depuis celle de ses parents dans un accident. La rencontre de ces deux jeunes gens débouchera sur une brève histoire d’amour qui bouleversera le rapport qu’entretenait jusqu’alors le jeune homme avec la mort.

Réalisateur: Gus Van Sant │ En salles le 30 septembre 2011 (Metropole films)

Si Restless ne ressemble en rien au cinéma le plus commercial de Gus Van Sant (Milk), il est également très éloigné de ses œuvres les plus personnelles dans lesquelles l’aspect visuel est fondamental, au point de confiner parfois à l’abstraction (Gerry). Ici, aucune virtuosité technique  à la Elephant ou aucune tentative conceptualiste ne vient prendre le risque d'étouffer des personnages fragiles et singuliers (le jeune homme est tout de même ami avec le fantôme d’un kamikaze japonais!). Gus Van Sant fait preuve d’une sobriété et d’une humilité appréciables et s’efface ainsi fort élégamment devant cette jeune fille acceptant sa mort prochaine et ce jeune homme ayant du mal à admettre sa survie. Si certaines situations ou dialogues peuvent sembler naïfs (la naïveté de l'adolescence?), le respect dont témoigne Gus Van Sant à l’égard de ses personnages lui permet malgré tout de signer un film attachant. Certains le trouveront probablement mineur ou dépourvu d’ambition. Mais un tel manque d’ambition, lorsqu’il est à ce point au service de ses personnages, mérite le plus grand respect!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon