Et maintenant, on va où? **

25 mai 2012

Dans un petit village isolé, les habitants chrétiens et musulmans vivent en parfaite harmonie jusqu’à ce que des violences éclatent dans une grande ville voisine. Les tensions montent alors progressivement... mais les femmes useront de ruse pour calmer les esprits.

Réalisatrice: Nadine Labaki | Dans les salles du Québec le 25 mai 2012 (Métropole Films Distribution)

Il y a certains films que l’on n’aime pas ne pas aimer. Et maintenant on va où? est malheureusement de ceux-là. Son éminemment sympathique réalisatrice souhaite à l’évidence passer un message qui lui tient à cœur (nous ne contesterons pas sa sincérité, lire notre entrevue), elle est indéniablement talentueuse, prend le risque fort louable de faire coexister cinéma d’auteur et cinéma populaire, drame et comédie... mais l’ensemble ne fonctionne pas!
Les personnages pourtant typés restent ternes et la volonté de pimenter le tout (touches d’humour, scènes chantées) tombe régulièrement à plat. De plus, la naïveté (voire le simplisme) de l’ensemble finit pas lasser: les hommes représentent la guerre, les femmes la paix, et la solution qu’elles proposent pour mettre fin au conflit est si peu convaincante qu’elle est vouée à l’échec (c’est d’ailleurs le sens de la dernière phrase du film, qui donne lui donne son titre). Si le refus du réalisme s’explique par un choix assumé de nous proposer un conte, il aurait fallu pour nous convaincre que le film parvienne à nous entraîner dans son univers improbable et nous donne envie d’y croire en nous apportant une solution, c’est à dire un message d’espoir. Au contraire, Et maintenant, on va où?, après nous avoir éloigné de la réalité, nous conduit finalement dans la même impasse. À la place de Et maintenant, on va où?, on aurait plutôt envie de dire, lorsque le film s’achève: Tout ça pour ça?
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon