Livre: Critique du scénario américain, suivi de Pour un scénario filmique

8 mai 2016

(Yves Belaubre, L’Harmattan, 274 pages)

Dans la première partie du livre (Critique du scénario américain), dans laquelle «américain» prend le sens d’«hollywoodien» (le cinéma indépendant étant clairement hors-sujet), Yves Belaubre pose son regard sur l’évolution historique du rôle du scénario à Hollywood (de plus en plus important dans le cinéma naissant), mais aussi des manières de le penser afin de lui permettre d'obtenir le résultat le plus efficace possible (un film à succès). Cela donne l'occasion à l’auteur de décortiquer les points de vue de différents théoriciens du scénario et de leurs petites recettes proposées pour plaire au plus grand nombre.
Après cette première partie, (qui pourrait également se nommer «la scénarisation au service de l’histoire») l’auteur aborde dans la seconde (Considération sur le scénario filmique) le scénario sous un angle différent, que l’on pourrait appeler «la scénarisation au service du film». Dans cette seconde partie, Yves Belaubre suit un peut la même logique que précédemment en s’interrogeant sur l’évolution du rôle du scénario à travers différents courants (néo-réalisme, nouvelle vague, etc.) en se fiant principalement à des théoriciens appartenant à diverses disciplines.
Cette seconde partie est particulièrement intéressante en raison du lien qu’elle établit entre scénariste et réalisateur, et entre leurs rôles respectifs. Nous sommes toutefois en droit de regretter que le travail d'Yves Belaubre ne laisse pas assez de place à l’analyse critique, qui aurait pu présenter un intérêt supplémentaire. Pourtant, nous ne pouvons nier qu’il représente une matière à réflexion passionnante pour les cinéphiles désireux de se questionner sur l’importance du scénario dans la réussite (commerciale ou artistique) d’un film.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon