Mademoiselle / The Handmaiden (Ah-ga-ssi) ***½

28 octobre 2016

Texte écrit dans le cadre du FNC 2016

En Corée, lors de l’occupation japonaise, deux escrocs s’allient pour extirper la fortune d’une riche héritière. Alors que le plan s’éternise, l’une, infiltrée en tant que servante, commence à s’éprendre de sa victime.

Réalisé par Park Chan-wook | Dans les salles du Québec le 28 octobre 2016 (Métropole Films Distribution)

Malgré un contexte historique et des allures passagères de mélodrame, Park Chan-wook s’éloigne autant qu’il peut des formes classiques avec son Mademoiselle. Léché, stylisé à l’extrême, le film n’a pas le mérite d’être subtil ni même d’explorer ses sujets au-delà de leur surface. Pourtant, grâce à l’incroyable maîtrise du réalisateur, Mademoiselle devient un thriller enivrant et même brillant dans la conscience qu’il a de sa propre superficialité.
Certains reprocheront au cinéaste d’évacuer tout sauf les aspects les plus simplistes de son thème. Du même geste, le caractère érotique du récit est vu avec un humour qui, s’il s’approche parfois dangereusement du libidineux, prend des allures de provocations moqueuses. Park contrôle parfaitement son ton, son film est amusé, parfois même un peu aux dépens du spectateur, mais sans non plus complètement s’aliéner celui-ci.
Le résultat est incroyablement divertissant. Mademoiselle avance à un rythme effréné sans jamais perdre son souffle sur sa longue durée. Si le film affiche quelques faiblesses dans certains passages sur-explicatifs, le montage précis, qui mêle les temporalités de façon exemplaire, sauve la mise. Mademoiselle n’est peut-être qu’un exercice de style, mais il est signé par un réalisateur de haut calibre qui est ici en parfait contrôle de ses moyens. Cela fait plaisir à voir!
L'avis de la rédaction :

Olivier Bouchard: ***½
Jean-Marie Lanlo: ***
Martin Gignac: ****
Olivier Maltais: ****
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon