9 mars 2018

Une famille syrienne / A syrian family (Insyriated) ***½

SHARE
En Syrie, alors que la guerre fait rage, une famille piégée dans son appartement recueille un couple de voisins et son nouveau-né.

Réalisateur: Philippe Van Leeuw | Dans les salles du Québec le 9 mars 2018 (MK 2 - Mile End)

Huit ans après son premier long métrage (Le jour où Dieu est parti en voyage), le Belge Philippe Van Leeuw s’attaque à nouveau à un sujet grave et génocidaire avec Une famille syrienne, son second long métrage, récipiendaire du Prix du public de la section Panorama à la Berlinale l’an dernier. Alors qu'il racontait dans son premier film le dangereux périple d’une jeune femme tutsi qui se retrouve seule et abandonnée en fuyant les massacres de Kigali, il propose ici une variante avec l'histoire de cette famille piégée et cachée dans son appartement à Damas, pendant que la guerre fait rage.
Hormis quelques plans filmés à l’extérieur vers la toute fin, l’action du film se déroule presque entièrement à l’intérieur d’un appartement. C’est dans ce huis clos anxiogène que ce drame émotionnellement puissant se déroule sous nos yeux. Les personnages sont tiraillés entre l’idée de fuir ou de rester, mais ils sont unis par la solidarité (qui sera mise à rude épreuve durant une séquence d’agression particulièrement difficile), le courage, mais surtout l’espoir devant cette menace qui les guette.
On peut reprocher au réalisateur de faire un film un brin démagogue, mais ce cri d’alarme universel est essentiel dans la conjoncture mondiale. La grande force du film réside cependant dans la distanciation par rapport à son sujet. La violence est hors champ et le cinéaste s'intéresse surtout au combat que doivent livrer les civils qui, en fin de compte, sont les véritables victimes de ces affrontements. La puissance d’évocation est équivoque et renforcée par l’interprétation uniformément puissante des comédiens. Dans le rôle de la mère à la fermeté d’âme devant le danger omniprésent, la toujours excellente Hiam Abbass (Satin rouge) offre une performance fort nuancée.
L'avis de la rédaction :

Pascal Grenier: ***½
Jean-Marie Lanlo: ***
Martin Gignac: ***½
Ambre Sachet: ****
SHARE