The impossible / L'impossible (Lo imposible) **½

11 janvier 2013

Un couple aimant (Naomi Watts et Ewan McGregor) et leurs trois charmants enfants viennent passer Noël dans le cadre idyllique d’une station balnéaire thaïlandaise. Mais un tsunami d’une violence rare dévaste la côte et les vacances se transforment en cauchemar!

Réalisateur: Juan Antonio Bayona | Dans les salles du Québec le 11 janvier 2013 (Les Films Séville)

Dès les premières images, Juan Antonio Bayona semble vouloir jouer avec certains archétypes de films américain (le film catastrophe avec la scène d’ouverture puis le film de famille américaine heureuse).
Ayant vu L'orphelinat, film qui savait travailler le genre tout en finesse, on se dit que cela est voulu et que le réalisateur s’amuse (avec un certain mauvais goût) à nous faire patienter avant l’irruption de l’horreur la plus inacceptable.
Lorsqu’elle survient, nous sommes dans un premier temps rassurés: la scène du tsunami (filmée avec une grande efficacité et portée par une excellente Naomi Watts) est terrifiante, le regard porté sur le débordement inévitable des services de secours est glaçant, l’angoisse des différents protagonistes est palpable. Pourtant, pour une raison inexpliquée, Juan Antonio Bayona garde constamment un pied dans la facilité et continue d’user d’artifices en multipliant les effets lacrimaux surlignés par une musique trop présente.
Pourquoi, avec un tel talent, vouloir en faire plus qu’il ne le faut? Pourquoi se sentir obligé d’en rajouter pour être sûr de toucher le public? Le metteur en scène craint-il que les spectateurs doutent de l’horreur de la situation? Serait-ce que Juan Antonio Bayona a une piètre opinion des gens à qui il s’adresse? 
Ce doute est d'autant plus regrettable que L'impossible, comme nous l’avons déjà dit, regorge de scènes que nous ne sommes pas près d’oublier!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon