Evil Dead (L’opéra de la terreur) **½

5 avril 2013

Cinq jeunes adultes viennent passer un peu de temps dans une vielle maison isolée au fond des bois. L’un d’eux a malheureusement la fâcheuse idée de lire des extraits du Livre des morts, retrouvé dans un sous-sol peu accueillant. L’effet maléfique de cette erreur fatale se fera bientôt ressentir!

Réalisateur: Fede Alvarez | Dans les salles du Québec le 5 avril 2013 (Sony Pictures)

Pendant plus d’une heure, le premier long-métrage du réalisateur uruguayen Fede Alvarez nous laisse sur notre faim. Certes, son refus des effets numériques jusque dans les scènes les plus gores nous ravit (190 000 litres de faux sang ont tout de même plus de charme et d’impact que des flots synthétiques), l’image old school que nous offre le directeur photo Aaron Morton est un pur délice, les acteurs prennent visiblement beaucoup de plaisir à jouer l’excès et, surtout, le film est truffé de plans magnifiques. Malheureusement, ces derniers sont trop souvent de courte durée et noyés dans un capharnaüm d’images orchestrées par une mise en scène particulièrement brouillonne. De plus, entre l’envie de ne pas coller de trop près au film de Sam Raimi et les petits passages imposés référentiels, cette nouvelle version finit par ne plus trop savoir sur quel pied danser.
Cependant, au moment où nous commençons à nous dire qu’une sélection de trente photogrammes triés sur le volet aurait été plus satisfaisante que la proposition de Fede Alvarez, les dernières minutes viennent nous détromper: la scène finale, gore et excessive à souhait, comporte non seulement son lot de plans magnifiques, mais elle est surtout enfin bien réalisée. On regrette que la transition ne se soit pas faite un peu plus tôt, mais on a tout de même envie de vous conseiller de voir ce nouveau Evil Dead en salle… pour les dernières minutes!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon