FNC 2013: Henri ***½

19 octobre 2013

Réalisatrice: Yolande Moreau

À la mort de sa femme (Lio), le patron d’un petit resto-bar de province (Pippo Delbono) engage une jeune déficiente mentale (Miss Ming) pour l’aider à s’occuper de l’établissement.
Yolande Moreau semble vivre dans un univers bien à elle. Les personnages qu’elle crée en font également partie et lorsqu’elle réalise un film dans lequel elle ne joue pas, ses héros semblent y vivent également. Avec Henri, elle s’intéresse à deux personnes un peu paumées qui évoluent un peu en marge du monde, subissant la vie plus qu'ils ne la choisissent. Pourtant, en se rencontrant, ces deux êtres finalement très proches se nourrissent mutuellement d’une même envie de vivre, de s’affirmer. Certes, l’une est handicapée mentale et l’autre non, mais la légèreté du handicap et ce qui les unit est plus fort que ce qui les différencie. Du coup, leur sincérité rend leur relation tout sauf choquante. La sincérité et la personnalité de Yolande Moreau également. Il ne faudrait cependant pas réduire l’apport de la cinéaste uniquement à cela.
Elle montre en effet avec ce film qu’elle est surtout une grande réalisatrice. Son premier film coréalisé avec Gilles Porte (Quand la mer monte) était bon mais très imparfait. Ici, elle fait preuve d’une grande maîtrise. L’assurance du cadre, la belle utilisation des décors (une station de balnéaire belge hors saison est idéale pour permettre à de tels personnages de se révéler à eux-mêmes) ou la justesse de la représentation des corps sont irréprochables. Mais ce n’est pas tout: la sobriété et la justesse de son écriture (témoignant d’une belle confiance envers ses personnages et son cinéma), le refus de l'émotion facile lié aux handicapés (ces deux derniers points la différenciant grandement de Gabrielle) et la volonté d’aborder son sujet de front (sans prendre de pincettes, mais également sans volonté de choquer) contribuent à faire de de ce premier film réalisé en solo une très belle réussite.
En plus d'être une femme sensible et singulière qui souhaite nous faire partager son univers, Yolande Moreau apparaît donc surtout avec Henri comme une vraie cinéaste. On espère qu’elle nous offrira d’autres films très bientôt.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon