The Monuments Men **

7 février 2014

Alors que la fin de la seconde guerre mondiale approche et que les offensives alliées provoquent le replie de l’armée allemande, une équipe d’experts en art se voit confier la mission de récupérer les chefs d’oeuvre de la peinture ou de la sculpture avant que les nazis ne les emportent avec eux… ou, pire, les détruisent!

Réalisateur: George Clooney | Dans les salles du Québec le 7 fevrier 2014 (Sony Pictures)

Avec The Monuments Men, George Clooney avait entre les mains une belle idée de film. Il avait suffisamment de matière pour faire un film populaire tout en se livrant à une réflexion sur l’importance de l’art ou sur les risques à prendre pour préserver une trace du passé. De surcroît, sa collaboration à l’écriture avec Grant Heslov, son complice de The Ides of March et de Good Night, and Good Luck, deux films abordant sans manichéisme ou simplisme des sujets difficiles, pouvait laisser présager une nouvelle réussite. Malheureusement, leur troisième collaboration n’est pas aussi inspirée que les précédentes: maladroit dans le traitement de ses différents thèmes, incapable de donner la moindre épaisseur à ses personnages, le scénario se contente d’essayer de maintenir l’attention du spectateur en introduisant quelques gags (reconnaissons que tout ce qui tourne autour du français parlé par Matt Damon est plutôt réussi), une petite touche de romance impossible autant qu’inutile et des moments d’émotion trop faciles (la mort d’un camarade de combat, une lettre tachée de sang, un disque tire-larme, etc.). Tout ceci est si maladroitement agencé qu’aucun élément ne touche.
Nous aurions au moins aimé ressentir un souffle épique et être entraînés au côté de ces combattants d’opérette qui trouvent petit à petit la force d’accomplir des grandes choses, mais même pas! Les excès cités plus haut agissent comme d'imperturbables paravents, et jamais George Clooney ne parvient à nous entraîner avec lui dans sa lutte aux méchants nazis voleurs (ou destructeurs) de chefs-d'oeuvre.
Au final, il ne reste donc qu’un film indigne des meilleures oeuvres de George Clooney.
Heureusement, les acteurs font plutôt bien ce qu’ils ont à faire… c’est déjà ça..
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon