La ritournelle *

26 septembre 2014

Brigitte (Isabelle Huppert) et Xavier (Jean-Pierre Darroussin) sont éleveurs de bovins en Normandie. Lorsque leur fils part voler de ses propres ailes, la différence de tempérament entre les deux époux se fait encore plus palpable, et Brigitte décide de partir pour Paris afin de vivre une idylle avec un charmant jeune homme (Pio Marmaï)

Réalisateur: Marc Fitoussi | Dans les salles du Québec le 26 septembre 2014 (Métropole)

L’adultère est un thème souvent abordé dans le cinéma français. Comme dans les récents Lulu femme nue ou surtout Les beaux jours, il se fait ici salvateur en permettant à l’héroïne de comprendre qui elle est et ce qu’elle veut vraiment. Malheureusement, la comparaison s'arrête là! Alors que les films de Solveig Anspach et de Marion Vernoux proposaient des scénarios intelligemment écrits, celui de La ritournelle est au contraire assez pitoyable et s’enfonce de plus en plus inexorablement vers la médiocrité. La thématique abordée est traitée avec un simplisme lassant, les situations de comédie ne font pas sourire (certaines scènes sont même pénibles tant leur inutilité est flagrante) et les personnages sont trop insignifiants pour susciter le moindre intérêt. Pire: la direction d’acteur est catastrophique. Heureusement, certains bons acteurs parviennent à s’en sortir à peu près correctement (Jean-Pierre Darroussin), ce qui n’est pas le cas de tous (Pio Marmaï, d’une fadeur extrême). La palme du mauvais jeu revient cependant à Isabelle Huppert, qui est décidément de plus en plus souvent mauvaise, et qui confirme cette tendance en continuant à être une insupportable caricature d’elle-même. Elle semble au moins avoir trouvé ce qu’elle cherchait: un metteur en scène qui l’admire et qui lui laisse faire tout ce qu’elle veut. Tant mieux pour elle!
Le spectateur, lui, ferait mieux de passer son chemin!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon