Bird People ****

5 décembre 2014

Gary Newman (Josh Charles), ingénieur informatique séjournant à Paris pour affaires, décide du jour au lendemain de quitter son emploi et de divorcer. Audrey (Anaïs Demoustier), étudiante solitaire, travaille comme femme de ménage dans l’hôtel où Gary se trouve la journée de l’événement.

Réalisé par Pascale Ferran | Dans les salles du Québec le 5 décembre 2014 (FunFilm Distribution)

La proposition de Bird People est des plus simples. Comme ouverture de son film, Pascale Ferran pose sa caméra sur des étrangers pour écouter leurs discours intérieurs par le biais de la voix-off. Par l'art (et par son film), elle va progressivement concrétiser son désir de savoir ce qui se passe dans la vie des autres.
Pour y parvenir, le récit opère en deux temps. Le premier, réaliste, pose la problématique avec un personnage isolé dans sa chambre d’hôtel. Parfois subtilement, parfois directement, il se retrouve dans l'incapacité de communiquer directement. C'est surtout par la technologie qu'il peut, l’espace d’un instant, établir un lien et avoir une fenêtre, toujours imparfaite, dans la vie de l’autre.
Dans sa deuxième partie, le film délaisse toutes les règles et se permet de s’immiscer chez les autres, moins par voyeurisme que par digression, chaque personne devenant le support d’une réflexion souvent joueuse. Les idées sont surprenantes et défient les limites, non par prétention, mais par désir de se laisser aller à la fantaisie.
Ferran, sans naïveté toutefois, fait le portrait d’un monde bon en dépit du pessimisme ambiant. Son film, loin du cynisme, trouve une réelle beauté dans son optimisme. En ne s’imposant aucune limite, la réalisatrice traite son sujet avec intelligence tout en rendant le spectateur complice de son jeu comme de sa réflexion.
Chose rare, Bird People est donc un film qui parvient à être à la fois léger et ambitieux.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon