Sully **

9 septembre 2016

Chesley Sullenberger (Tom Hanks) a sauvé tous les passagers de son avion en se posant en catastrophe sur la rivière Hudson. Il est cependant vite accusé de ne pas avoir effectué le meilleur choix possible. Est-il réellement le héros que l’Amérique veut voir en lui?

Réalisateur: Clint Eastwood | Dans les salles du Québec le 9 septembre 2016 (Warner Bros. Canada)

À 86 ans, l’infatigable Clint Eastwood nous revient avec un nouveau film qui ne sera pas son plus inoubliable! Il faut dire que le scénario, qui prend comme point de départ une histoire vraie, ne sait pas trop sous quel angle l’aborder: portrait d’un héros américain (et mari idéal), récit d’une catastrophe évitée ou enquête pour faire éclater la vérité (dont aucun spectateur ne peut cependant douter, un personnage incarné par Tom Hanks ne pouvant être qu’exemplaire)?
Au final, Sully est un peu tout ça tour à tour… mais jamais vraiment complètement. Au-delà de ce scénario qui ne sait pas où aller (et encore moins comment), le film ne convainc pas non plus à cause de Tom Hanks qui joue avec un peu trop d’insistance (et pas assez de subtilité) le rôle de l’Américain trop moyen pour ne pas être héroïque.
Pour sa part, la mise en scène d’Eastwood assure le service minimum. Son classicisme que nous apprécions normalement a en effet ici tendance à tourner à l'académisme paresseux et ne parvient ni à nous faire oublier un discours politique indigeste (les méchantes instances gouvernementales qui s’attaquent au vaillant Monsieur tout-le-monde devenu héros national), ni une construction laborieuse du récit.
Sans être vraiment mauvais, Sully est surtout beaucoup trop insipide pour être digne du talent du grand Clint… talent qui, avouons-le cependant, se fait de plus en plus parcimonieux.
L'avis de la rédaction :

Jean-Marie Lanlo: **
Martin Gignac: ***
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon