Nelly **½

20 janvier 2017

Tour à tour putain, star et amoureuse, l’écrivaine Nelly Arcan était avant tout une femme devant faire face à ses doutes, ses angoisses et son envie de plaire.

Réalisatrice: Anne Émond | Dans les salles du Québec le 20 janvier 2017 (Les Films Séville)

Le point de départ du nouveau film d’Anne Émond est particulièrement prometteur. Non seulement en effet son sujet est passionnant, mais la réalisatrice / scénariste a en plus trouvé un angle d’attaque très pertinent: pour faire le portrait de cette femme complexe, elle choisit de prendre des éléments dans plusieurs autofictions d’Arcan. Le portrait qu'elle dresse ainsi de cette femme aux multiples facettes est d’ailleurs par moments très réussi (le suicide multiple, qui pousse à fond la logique narrative du film, prend le risque de sombrer dans la facilité mais fait pourtant mouche).
Malheureusement, nous devons admettre que la mise en oeuvre n’est pas toujours à la hauteur du concept. Nous retrouvons en effet le principal défaut du cinéma d’Anne Émond: en dire trop. Cette fâcheuse tendance qui l'accompagne depuis Nuit #1 donne tout d'abord l'impression qu'elle n’a pas confiance en ses spectateurs, mais empêche surtout ses personnages d'avoir leur vérité propre. Parce que chaque scène est ostensiblement signifiante, Émond nous impose une manière de penser qui nous éloigne de la complexité de son sujet, mais, plus grave encore, qui fait aussi (involontairement bien sûr) du personnage d’Arcan un pantin au service de sa réalisatrice… c’est-à-dire la coquille vide qu’elle n’était probablement pas.
Mylène Mackay semble faire tout ce qu’elle peut pour défendre son personnage et lui restituer sa complexité mais n’y parvient pas totalement. Souvent très juste, son jeu manque de finesse lorsque vient le temps de donner vie à la facette la plus exubérante de la personnalité d’Arcan. Malheureusement, l’exubérance se fait alors caricature.
Ces réserves, malgré un ensemble techniquement irréprochable, sont malheureusement trop importantes pour faire de Nelly une réussite. Nous ne mettons pas en doute la sincérité de la démarche d’Émond ni le respect qu’elle a probablement pour la mémoire d'Arcan… mais l’écrivaine aurait mérité mieux!
L'avis de la rédaction :

Jean-Marie Lanlo: **½
Martin Gignac: **½
Olivier Maltais: ***
 

Suivre Cinéfilic

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Pascal Grenier (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard (AQCC)
Olivier Maltais
Ambre Sachet
Réviseure:
Geneviève Pigeon