A cure for wellness (Cure de bien-être) ***

17 février 2017

Un jeune homme ambitieux (Dane DeHaann) est envoyé dans une clinique médicale afin d’y retrouver le principal actionnaire de la compagnie pour laquelle il est employé.

Réalisateur : Gore Verbinski | dans les salles du Québec le 17 février (20th Century Fox)

Somptueusement mis en scène par Gore Verbinski, A Cure For Wellness est une œuvre étrange et attrayante. Le réalisateur choisit d’aborder son sujet de front, sans subtilités ni égards à la crédibilité du scénario. Rapidement, il faudra admettre que le récit qui se déroule sous nos yeux manque cruellement de nuance. Pourtant, c’est probablement ce qui lui confère un charme insolite. Sur un ton pince-sans-rire, la critique acerbe de la société capitaliste (quoi que maladroite) nous révèle que l’être humain est le pire ennemi de l’humanité.
Avec une atmosphère qui rappelle le cinéma italien des années 80, le film de Verbinski est un festin pour les yeux. La direction artistique du film véhicule le sentiment d’étrangeté qui plane sur les lieux ainsi que sur la destinée de son personnage principal. Malgré une performance solide de Dane DeHaan (variation intéressante du personnage de Candide), c'est plutôt Mia Goth, qui par son interprétation d’une jeune patiente recluse, marquera les esprits.
Certes, le scénario ne fait souvent aucun sens et il s'encombre d'une légende familiale qui frise le ridicule, mais A Cure for Wellness demeure un film fort divertissant. Il nous confronte de surcroît à notre rapport à la réussite et aux sacrifices que nous sommes prêts à concéder pour l'obtenir. La soif de pouvoir a un prix, mais en y réfléchissant bien, sommes-nous prêts à le payer ?
L'avis de la rédaction :

Miryam Charles: ***
Jean-Marie Lanlo: ***
 

Suivre Cinéfilic

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Pascal Grenier (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard (AQCC)
Olivier Maltais
Ambre Sachet
Réviseure:
Geneviève Pigeon