1 mars 2019

★★★ | Les oiseaux de passage / Birds of Passage (Pájaros de verano)

SHARE
Réalisé par Ciro Guerra et Cristina Gallego. Dans les salles du Québec le 1 mars 2019
Après son superbe et trop méconnu deuxième film Los Viajes del Viento et le plus médiatisé El abrazo de la serpiente, Ciro Guerra (associé ici à la mise en scène à Cristina Gallego, qui a produit ses films précédents), nous revient avec un film certes moins réussi, mais non dénué de qualités. Parmi elles, celle qui nous intéresse le plus est paradoxalement aussi la principale faiblesse du film, liée au rapport à l'Autre, d'ailleurs très différent de celle décrite dans Abrazo. Dans ce dernier, l'étranger essayait de comprendre et d'infiltrer un milieu qui lui était hostile et qu'il ne comprenait pas. Dans ce nouveau film, dont l'action se déroule plusieurs décennies après le précédent, les étrangers (des Américains qui font de la propagande anticommuniste) se sentent (logiquement?) d'emblée chez eux. Le film, qui semble d'abord se dérouler hors du temps avec la description des traditions autour d'un mariage devient tout autre lorsque les blancs font leur apparition. En plus de prôner le capitalisme, l'étranger recherche de la marijuana… et le film devient un film d'une époque précise. Avec l'arrivée de l'Autre, synonyme d'ancrage dans une époque (et de perversion des traditions), un monde s'écroule, ce qui mènera la Colombie au désastre lié au narcotrafic.
Si certains aspects du film sont passionnants (principalement la place de la femme, le lien de plus en plus trouble entre traditions et crime organisé, certains aspects de l'ellipse narrative), d'autres laissent perplexe: si l'Autre vient pervertir les personnages, l'autre cinéma (le cinéma américain) vient en effet aussi pervertir celui de Guerra. Contrairement à ce qu'il faisait dans Abrazo, le cinéaste ne reste pas fidèle à sa culture, mais accepte celle de l'Autre en introduisant des éléments typiquement américains (un rythme plus soutenu, de l'action, des codes du film de gangsters) dans son cinéma. De manière troublante, il illustre ici de par l'exemple l'erreur fatale (c'est du moins le message que semble véhiculer le film) qui consiste à accepter ce qui vient d'ailleurs et qui pervertit (car soyons clairs, Guerra est plus à l'aise avec un film au rythme très lent comme Viajes).
Puisque le monde extérieur semble représenter un danger, souhaitons à Guerra de se focaliser à l'avenir sur ce qu'il connaît. Nous n'entrerons pas dans un débat idéologique à ce sujet… mais cela permettra peut-être au cinéaste de refaire des films qui ne sont pas avant tout intéressants pour leurs faiblesses!
SHARE