Beautiful Boy ***

15 juillet 2011

Bill (Michael Sheen) et Kate (Maria Bello) sont les parents de Sam (Kyle Gallner), un garçon réservé. Lorsque les médias annoncent une tuerie dans l’établissement scolaire de ce dernier, le couple s’imagine le pire, mais pas l’impossible : Sam était le meurtrier. Les parents devront affronter leur incompréhension, leur culpabilité et le regard des autres.

Réalisateur : Shawn Ku │ En salles le 15 juillet 2011 (SVbiz inc.)

Avec Beautiful Boy, Shawn Ku aborde un sujet difficile en choisissant une approche originale. Son travail d’écriture impeccable (en collaboration avec Michael Armbruster) lui permet d’éviter bien des écueils et de parvenir à donner vie de manière sensible et convaincante à ce couple qui doit faire face au pire. On a envie de multiplier les éloges tant l’évolution du récit est intelligente et crédible (la relation du couple, le regard des autres, l’incompréhension ressentie par les parents face à une telle situation), mais nous devons tout de même rendre compte d’une grande faiblesse : le travail de la caméra. Tour à tour avec le couple (où elle s’efface délicatement devant lui) ou en dehors (se positionnant souvent à l’extérieur des pièces où se trouvent les protagonistes, nous propulsant ainsi dans un rôle de voyeur), mais surtout perpétuellement et excessivement instable, la caméra semble avoir été confiée à un étudiant en cinéma qui se livre à un laborieux exercice de travaux pratiques. En plus d’être désagréable, cela finit par donner plus d’importance à la réalisation qu’aux personnages, ce qui est, pour ce genre de film, particulièrement critiquable. Cela empêche certainement Beautiful Boy d'être aussi poignant qu'il aurait dû l'être mais ne lui enlève en rien sa sensibilité et ses qualités d’écriture ou d’interprétation. Surtout, cela ne nous empêche pas d'en conseiller vivement le visionnement !
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon