Tous les soleils ***

29 juillet 2011

Alessandro (Stefano Accorsi), un italien venu enseigner la musique baroque en France, vit avec sa fille de quinze ans et un frère pour le moins particulier. Ses multiples activités (culturelles, associatives, amicales) le tiennent occupé en permanence et ne lui laissent aucun temps pour reconstruire sa vie amoureuse, détruite depuis la mort de sa femme il y a quinze ans. Sa fille aidera le destin à lui faire tourner la page.

Réalisateur: Philippe Claudel │ En salles le 29 juillet 2011 (Métropole Films Distribution)

Après avoir réalisé un premier film dramatique à juste titre très remarqué (Il y a longtemps que je t'aime), Philippe Claudel change de ton en optant pour la comédie, tout en conservant pourtant le même thème (celui du deuil). Même si Tous les Soleils, souvent drôle, se donne l'apparence d'un film léger, un petit vent de sérieux souffle régulièrement dessus. C'est peut-être ce qui explique que ces personnages de comédie soient globalement sombres malgré une joie de vivre apparente (qui fait en réalité ressortir leurs douleurs et l'impression qu'ils passent à côté de leurs vies : le père en raison d'un deuil dont il ne se sort pas et son frère, un adulescent utopiste, en raison d'un talent qu'il refuse d'exploiter). Ainsi, le film, indéniablement plus comique et plus lumineux que le précédent pourra laisser soit un petit goût amer mais non deplaisant (ce qui n'était visiblement pas une volonté de la part de son auteur : voir l'entretien accordé à cinéfilic) soit avoir un effet diamétralement opposé.
Et si c'était justement cette liberté laissée à l'interprétation du spectateur qui faisait la force et le charme du film ?
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon