The Adventures of Tintin (Les aventures de Tintin) **

9 décembre 2011

Le jeune et intrépide reporter Tintin achète à bas prix la maquette d’un navire. Très vite, il s'aperçoit que son achat suscite de nombreuses convoitises. Il se retrouve progressivement entraîné dans de folles aventures qui mettront sur sa route le sympathique mais quelque peu alcoolisé Capitaine Haddock.

Réalisateur: Steven Spielberg | En salles le 9 décembre 2011 (Paramount Pictures)

La chose la plus importante pour entraîner le spectateur dans une aventure improbable, c’est de la rendre crédible. Pour ce faire, certains choisiront de l’immerger coûte que coûte dans le réel. D’autres prendront au contraire le parti de créer de toutes pièces un univers de fantaisie, avec ses propres codes qu’il faudra accepter. Pour que cela fonctionne, la règle d’or est de s’en tenir à l’axiome choisi. Le problème avec ce Tintin est que le spectateur a constamment l’impression d’être baladé entre les deux. Du coup, ni la fantaisie ni le réalisme ne parviennent à convaincre. Les scènes d’action, qui s’enchaînent à un rythme de plus en plus soutenu, rendent encore plus prégnante cette impression. En mélangeant le réalisme de la motion capture avec des scènes d’action qui ne connaissent plus les lois de l’attraction terrestre, de vrais acteurs avec un faux chien ou encore des visages assez réalistes avec d’autres au contraire très fabriqués (la Castafiore décrochant allègrement le pompon), The Adventures of Tintin finit par faire oublier son charme évident (surtout perceptible au début du film).
Si le métrage se laisse dans un premier temps voir sans trop d’ennui, nous sommes finalement soulagés de voir la fin se profiler. Quant à sa suite... nous ne l'attendons pas particulièrement avec un enthousiasme débordant!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon