The Darkest Hour 3D (Crépuscule 3D) *½

25 décembre 2011

Cinq jeunes adultes non russes se retrouvent à Moscou au moment où une invasion extra-terrestre s’abat sur l’ensemble du globe. Ils rencontreront d’autres survivants, apprendront à combattre leurs nouveaux ennemis venus d’ailleurs, et seront prêts à les affronter à l’occasion d’une éventuelle suite!

Réalisateur : Chris Gorak | Dans les salles du Québec le 25 décembre 2011 (Les Films Séville)

Cette énième invasion extra-terrestre pouvait nous laisser espérer deux où trois petites choses intéressantes : un Moscou désert et post-apocalyptique, de belles scènes nocturnes (voir le titre) ou encore, faute de mieux, de charmantes actrices en jeans moulants courant au milieu des décombres. Malheureusement, hormis quelques plans un peu trop carte-postale de Moscou, Chris Gorak ne parvient pas à exploiter son décor, son chef opérateur semble avoir peur du noir (ce qui est toujours un peu regrettable quand on souhaite représenter la nuit), et la seule originalité de ce The Darkest Hour est de ne même pas nous procurer de petits plaisirs coupables propres aux films d’horreurs pour ados.
Bien sûr, Chris Gorak assure le minimum avec une mise en scène tellement neutre qu’elle a le mérite de ne jamais être insupportable, ce qui permet au spectateur de suivre d’un œil distrait ces pérégrinations moscovites jusqu’au bout. Cependant, avec un scénario mieux construit, des dialogues plus soignés, une ambiance mieux restituée, des images plus crépusculaires, une touche d’humour et un zest de fun, le film aurait probablement été plaisant. Mais la liste commence à être un peu longue pour être indulgent!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon