Une séparation / A Separation (Jodaeiye Nader az Simin) ***

24 février 2012

Film vu à l’occasion du FNC

Lorsque son épouse (Leila Hatami) le quitte, Nader (Peyman Maadi) engage une femme pour s’occuper de son père gravement malade. Un malheureux accident mènera Nader devant le juge. Les témoignages des différents protagonistes feront apparaitre plusieurs zones d’ombre.

Réalisateur : Asghar Farhadi | Dans les salles du Québec le 24 février (Métropole Films)

Depuis le temps qu’on entend parler d’Une séparation sur la planète cinéphile, il est probablement inutile de rappeler la réputation dont jouit ce film (Ours d’or à Berlin l’an dernier et favori dans la course à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère). Il faut admettre qu’il possède de belles qualités : les acteurs sont particulièrement bons (double prix d’interprétation à Berlin), le scénario est malin (nommé aux Oscar également) et la mise en scène nerveuse et tendue à souhait est particulièrement efficace. Mais tout cela est-il suffisant pour en faire la petite merveille de l’année?
Si le soin apporté au développement de l’intrigue (travail d’écriture) et à l’émergence d’une tension (travail de mise en scène) est évident, le tout n’est en réalité qu’au service d’une histoire relativement insignifiante. Le résultat finit ainsi par ressembler à un brillant exercice de style sur le thème « comment faire un thriller avec rien ». Certes, Asghar Farhadi parvient à nous captiver avec peu de chose pendant plus de deux heures, mais l’indéniable brio de l’ensemble pourra laisser à certains spectateurs un petit goût amer avant de se faire oublier dans les dédales de leur mémoire… ce qui fut le cas pour moi!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon