Killer Joe **

10 août 2012

Film vu dans le cadre du festival Fantasia 2012

Chris (Emile Hirsch) est si endetté qu’il commence à craindre pour sa vie. Il envisage alors de faire exécuter sa mère pour toucher les 50.000 dollars d’assurance vie qu’elle a contractée. Killer Joe (Matthew McConaughey), un flic de Dallas qui arrondit ses fins de mois de la sorte, se voit confié le contrat.

Réalisateur: William Friedkin | Dans les salles du Québec le 10 août 2012 (Alliance Vivafilm)

Killer Joe (nouvelle adaptation d’une pièce de Tracy Letts, après Bug) semble pour William Friedkin l’occasion rêvée de créer une ambiance de film noir sombre et stylisée. Dans ce domaine, son talent de faiseur d’images, associé aux qualités de son chef opérateur Caleb Deschanel (The Passion of the Christ) atteint clairement son but. Ce n’est pas la moindre des qualités du film, qui sait aussi s’appuyer sur des acteurs impeccablement dirigés (Gina Gershon est décidément parfaite pour jouer la vulgarité et Matthew McConaughey est un flic / tueur propre sur lui et téléphobe particulièrement convaincant). Malheureusement, leurs personnages sont tous trop idiots pour être crédibles. Nous comprenons l’envie de Friedkin de faire un film doublement noir (pour l’ambiance et l’humour), mais il aurait gagné à se fixer quelques limites. La bêtise généralisée, associée à un traitement parfois proche du grand guignol, finit en effet par nous désintéresser des différents protagonistes dont aucun n’est attachant, amusant à force d’absurdité, ou d’une bêtise suffisamment crédible pour être intéressante.
Mais cette faiblesse n’est pas la seule. La dramaturgie laisse aussi grandement à désirer. Sans personnage ni histoire suffisamment construite, Killer Joe finit par ressembler à l’œuvre d’un jeune cinéaste qui souhaiterait faire parler de lui en nous livrant quelques scènes cultes. De ce point de vue, le film est plutôt efficace (une scène de fellation très particulière va probablement rester gravée dans les mémoires, tout comme la première relation sexuelle entre Killer Joe et le personnage interprété par Juno Temple).
Mais le réalisateur de The Exorcist avait-il vraiment besoin de nous prouver qu’il est capable de réussir des scènes? Nous aurions préférer le voir réussir un film!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon