Superstar **

8 mars 2013


 Du jour au lendemain, Martin Kazinski, un homme sans histoire (Kad Merad) devient une vedette locale. Aidé d'une attachée de presse (Cécile de France), il cherchera à savoir pourquoi il fait l'objet de tant d'attention.

Réalisateur : Xavier Giannoli | Dans les salles du Québec le 8 mars 2013 (Métropole Films Distribution)

La célébrité est un sujet qui fascine. À l'époque à laquelle nous vivons, l'accès à l'information est de plus en plus facile. Un fait divers peut vite faire sensation sur les réseaux sociaux et prendre une ampleur insoupçonnée. Ce sont ces thèmes qu'explore le nouveau film de Xavier Giannoli (Quand j'étais chanteur) en racontant l'histoire d'un homme qu'on pourrait qualifier a priori de banal. Giannoli réussit avec cette prémisse à soulever des questions sur le pouvoir des médias et des réseaux sociaux.
Kazinski, type ordinaire, devient célèbre sans aucune raison apparente. Un jour dans le métro les gens se mettent à la photographier et à lui demander des autographes sans qu'il ait commis d'acte extraordinaire, dans une des scènes les plus troublantes du film. Aidé par ce personnage qui refuse toute célébrité, le film pose un regard critique sur la pertinence de médias et de la façon dont sont traitées les nouvelles. Cependant, en cherchant à critiquer à ce point le traitement de l'information, le réalisateur nous propose un portrait qui manque souvent de nuances. Certes, son personnage principal est un homme naïf qui ne veut rien savoir de la célébrité. Il n'en reste pas moins un homme passif et son incrédulité (il se demande pourquoi pendant plus d'une heure et demie) finit par être lourde pour le spectateur.
Superstar n'a rien d'un grand film mais a tout de même le mérite de nous inciter à la réflexion. Dans un monde où l'information ne cesse d'avancer toujours plus vite, ce n'est déjà pas si mal.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon