Pour le meilleur et pour le pire / Love Is All You Need (Den skaldede frisør) **

24 mai 2013

Alors qu’elle vient de terminer une chimiothérapie suite à un cancer du sein, Ida (Trine Dyrholm) découvre que son mari la trompe avec une jeunesse. Elle décide de faire le voyage seule vers l’Italie pour assister au mariage de sa fille (Molly Blixt Egelind) mais croise sur son chemin un séduisant patron anglais (Pierce Brosnan) qui n’est autre que le père du marié (Sebastian Jessen). Tout semble les opposer au premier abord. Pourtant...

Réalisatrice: Susanne Bier | Dans les salles du Québec le 24 mai (Métropole Films)

Après avoir remporté un Oscar en 2011 pour Un monde meilleur, Susanne Bier revient sur nos écrans avec un film beaucoup moins ambitieux qui marque son retour à la comédie romantique, près de quinze ans après The One and Only (1999).
Le film débute de manière assez classique (la rencontre de deux personnes que tout oppose) et bien rythmée mais Susanne Bier abandonne vite cette voie et Pour le meilleur et pour le pire se met à aborder de nombreux thèmes de société (les interrogations sur la préférence sexuelle, les doutes pré-maritaux, la pression sociale qui pousse à agir contre ses souhaits, la recherche d’un bonheur souvent illusoire, le couple, le deuil, etc.). Malheureusement, la réalisatrice fait alors appel à une multitude de personnages archétypaux (voire caricaturaux) qui font fortement ombrage aux deux protagonistes principaux interprétés par le délicieux couple formé par Trine Dyrholm et Pierce Brosnan. Comme les velléités d’observatrice de la société de Susanne Bier sont de surcroît peu concluantes (constats trop simplistes et trop prévisibles, malgré un ou deux aspects assez intéressants), on regrette assez vite la comédie romantique initiale.
La partie centrale du film est donc malheureusement trop faible pour permettre au film de nous satisfaire pleinement (malgré une scène magnifique: la sortie de l’eau de Trine Dyrholm, nue, perruque enlevée, essayant de cacher son sein meurtri du regard de Pierce Brosnan). Par conséquent, lorsqu’elle prend fin et redonne sa place au couple que tout oppose, la comédie romantique a pris du plomb dans l’aile et le rythme est brisé. Pas désagréable en raison du métier de sa réalisatrice et du charme de ses deux acteurs principaux, le film pêche par excès d’ambition. À trop vouloir pimenter son film de petits sujets de société, Susanne Bier finit par étouffer son couple en devenir. Pour une comédie romantique, cela pose un problème!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon