Austenland *½

20 septembre 2013

Jane (Keri Russell) une jeune femme obsédée par l'univers de la romancière Jane Austen, dépense tout ce qui lui reste d'économies pour se rendre en Angleterre où elle pourra revivre les histoires de la célèbre auteure anglaise.

Réalisation : Jerusha Hess | Dans les salles du Québec le 20 septembre 2013 (Métropole Films)

On sent d'emblée qu'Austenland déborde des plus belles intentions, dont celle de nous faire revivre par la comédie les passions grandioses des romans de Jane Austen. Le tout aurait pu fonctionner si le personnage principal (et son désir de trouver l'homme de ses rêves, qui doit forcément être un prince charmant) avait été traité de manière plus convaincante. Il est en effet difficile de croire à cette obsession de Jane qui tombe vite dans la caricature de mauvais goût. Les quelques scènes tentant d'introduire cette dépendance sont si appuyées (et par le fait même trop rapides) qu'elles ont un petit air de ridicule.
Heureusement, le plaisir et les rires sont au rendez-vous lorsque l'héroïne se retrouve en Angleterre dans un décor typiquement bourgeois pour y faire la rencontre de résidents et d'acteurs engagés pour récréer des scènes des romans d'Austen. Il est d’ailleurs bien dommage que le scénario délaisse ces personnages secondaires qui forment la principale qualité du film et insiste tant sur la quête amoureuse du personnage principal.
Soulignons tout de même les performances de Jennifer Coolidge (dont l’humour décalé arrive à nous sortir de notre ennui) et de James Callis (tout simplement hilarant dans le rôle du Colonel Andrews). Tous deux semblent appartenir à un autre film, à la fois drôle, triste et touchant. Il s'agit probablement du film qu'on aurait aimé voir.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon