Tu dors Nicole ***

22 août 2014

Nicole (Julianne Côté), 22 ans, profite des vacances de ses parents pour rester seule dans la maison familiale. Elle passe son temps entre un travail sans intérêt et sa meilleure amie (Catherine St-Laurent), avec qui elle envisage de partir en voyage en Islande. Lorsque son frère (Marc-André Grondin) s’installe dans la maison avec son groupe de musique pour enregistrer, les événements prennent une tout autre tournure.

Réalisateur: Stéphane Lafleur | Dans les salles du Québec le 22 août 2014 (Séville)

Avec son premier long métrage (Continental, un film sans fusil) Stéphane Lafleur nous livrait une grosse surprise qui témoignait déjà d’une impressionnante maîtrise de son art. Il s’imposait surtout d’emblée comme un réalisateur à suivre de très près. Malheureusement, avec En terrains connus et maintenant avec Tu Dors Nicole, il semble un peu tourner en rond. Certes, il se renouvelle en explorant à chaque film une saison différente et a de plus, ici, l’audace de choisir le noir et blanc pour évoquer l’été, mais il donne surtout l’impression de s’enfermer dans un style qui ressemble de plus en plus à un procédé. Certes, le cadre toujours précis et l’humour toujours un peu absurde continuent à nous ravir, les personnages un peu perdus continuent à ne plus trop savoir ce qu’ils cherchent, mais après seulement trois films, tout cela commence à sentir le réchauffé (et par la même occasion à lasser).
Malgré ses qualités, nous regrettons surtout sa difficulté à traiter ce qui semble être le sujet central de son film: l’oisiveté, l’ennui… c’est à dire le vide. Sofia Coppola avait réussi à merveille avec Somewhere. Stéphane Lafleur choisit un angle tout à fait opposé: au lieu d’assumer le vide, il fait tout pour le remplir, comme s’il fallait à tout prix le compenser par de l’incongru. Malheureusement, il le fait d’une façon qui semble si mécanique qu’il en devient trop prévisible (d’autant plus que tous les bons moments du films sont réunis dans la bande-annonce!). Certes, il reste de belles idées, quelques scènes assez savoureuses, un sens du cadre évident, mais la sauce ne prend plus complètement.
Nous semblons sévères, mais il ne faut pourtant pas mal interpréter nos propos. Nous nous le permettons car Stéphane Lafleur est extrêmement talentueux… ce qui permet d’ailleurs à Tu dors Nicole de rester malgré tout particulièrement agréable à regarder d’un bout à l’autre. Nous espérons juste que Stéphane Lafleur ait envie d’explorer des terres inconnues. D’après ce qu’il nous a dit il y a peu, un changement de cap est déjà programmé pour le prochain film. Lorsque l’on sait le talent du cinéaste, nous avons très hâte de l’accompagner dans une prochaine aventure cinématographique.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon