En bref : Irrational Man ** / Fantastic Four *

7 août 2015

Dans les salles du Québec le 7 août 2015

Irrational Man **
Woody Allen tourne beaucoup. Il tourne même tellement qu'il semble parfois ne plus vraiment savoir où il va. C'est malheureusement ce qui se produit avec Irrational Man.
Que le film commence comme une comédie romantique pour bifurquer vers le thriller, pourquoi pas... nous n'avons rien contre les changements de genre. Par contre, lorsque le thriller prend le dessus, il manque à l'écriture d'Allen la rigueur nécessaire pour le rendre suffisamment crédible... ou au contraire la dose de fantaisie qui aurait pu lui donner le charme nécessaire.
Au final, Irrational Man est donc un film maladroit qui abuse de surcroît d'une musique trop répétitive. Peut-être le réalisateur espère t-il ainsi faire diversion? Il ne parvient en réalité qu'à agacer un peu plus.
Heureusement, nous sommes chez Woody Allen... Ce qui veut dire que la direction d'acteur est impeccable, que le tout est mis en scène avec compétence et que quelques dialogues font mouche.
Irrational Man est donc au final loin d'être mauvais. Il est juste totalement inutile!

Fantastic Four *
Le film débute de manière fort laborieuse et interminable en revenant sur l'origine de la création des Quatre Fantastiques. Entre deux bâillements, le spectateur attend donc que les choses se mettent enfin à bouger un peu. Malheureusement, la suite des événements est encore pire. L'intrigue se prend trop au sérieux pour ce qu'elle a à nous offrir et les scènes d'action sont aussi ridicules que les effets spéciaux. Peut-être réussiront-ils cependant à faire rire quelques chanceux. Les autres se rassureront en se disant que le film de  Josh Trank ne dure qu'1h40... qui semble il est vrai en durer trois!
Mieux vaut oublier ce film insignifiant et aller voir à la place le délicieux Ant-Man!!!
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon