Creed **½

25 novembre 2015

Adonis Jonhson (Michael B. Jordan), fils d’Appolo Creed, déménage à Philadelphie pour y trouver Rocky Balboa (Sylvester Stallone) et suivre son enseignement dans le but de devenir, comme son père décédé, un grand boxeur.

Réalisé par Ryan Coogler | Dans les salles du Québec le 25 novembre 2015 (Warner Bros. Canada)

Avec Ryan Coogler, Sylvester Stallone est allé chercher parmi les plus grands espoirs du cinéma indépendant américain pour rehausser sa série tombée dans la répétition et l’insignifiance. Malheureusement, Coogler semble emprisonné dans un scénario où chaque développement est déterminé d’avance.
Creed ne sort donc pas des sentiers battus en suivant la progression habituelle de la série. Alors que le personnage interprété par Michael B. Jordan enchaîne  les passages obligés, celui incarné par Stallone a pour seule utilité de satisfaire les amateurs de la série par sa présence. Thématiquement, le film fait allusion à l’héritage, à l’enseignement et aux différences générationnelles mais dans les faits, le tout ne fait que répéter les mêmes discours sur le courage et l’accomplissement de soi. Coogler teinte légèrement son film du même discours social que celui qu’il tenait dans Fruitvale Station mais, ici, il n’est rien d’autre qu’un arrière-plan à peine exploré.
Tout de même, Coogler sait se servir de sa caméra. Lorsque le récit formaté le permet, le réalisateur mets en scène des morceaux de bravoure assez prenants. Ses scènes de combats impressionnent (une au milieu du film particulièrement) et le montage d’entraînement, un autre passage obligé de la série, est aussi enivrant que ridicule.
Creed surprend donc de la part d’une série qui n’avait plus rien à dire... mais déçoit de la part de son réalisateur!
L'avis de la rédaction :

Olivier Bouchard: **½
Jean-Marie Lanlo: **
Martin Gignac: ***
Sébastien Veilleux: ***
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon