En bref : High-Rise ** et Mr. Right *½

27 mai 2016

Dans les salles du Québec le 27 Mai 2016

High-Rise **
Ben Weathley frappe un mur avec cette adaptation de J.G. Ballard. Démontrant toutefois une compréhension certaine de son sujet, le cinéaste se confond sous le poids considérable de celui-ci. High-Rise commence pourtant assez bien, Weathley installant lentement ses pions dans la première moitié avec une précision exemplaire. Tom Hiddleston incarne avec intelligence un personnage à la définition incertaine et les personnages secondaires, volontairement simplistes, permettent des performances sympathiques à défaut d’être nuancées.
Dans la deuxième partie, lorsque le récit tourne au chaos, le cinéaste perd le contrôle. Le scénario devient confus, perdant son rythme dans un amalgame de scènes peu significatives. La lutte des classes, thème central au récit, ne transparaît qu’en surface et le caractère sommaire des personnages est alors problématique.
On retiendra d’High-Rise une reprise d’ABBA par Portishead, enregistrée pour le film, peut-être le seul élément franchement réussi d’un film qui essaie beaucoup mais n’accomplit aucunement ses objectifs. L’expérimentation et l’ambition de Weathley sont admirables, mais le résultat brouillon constitue un échec.
(L'avis de la rédaction : Bouchard : ** | Charles : **½| Gignac : *** | Gnaba : * | Maltais : ***)

Mr. Right *½
Une jeune femme un tantinet névrosée tombe amoureuse d’un homme excentrique qui se révèle être un tueur à gages. À partir d’une prémisse beaucoup plus banale qu’il ne semble le croire, le scénariste Max Landis (Chronicle, American Ultra) livre une comédie infantile qui cherche à être subversive. Autant la romance de Mr. Right est insipide et peu crédible, autant son humour verbomoteur tombe à plat. L’air taquin du film aggrave l’ensemble, jamais aussi malin qu’il ne prétend l’être.
Si les performances énergiques d’Anna Kendrick et de Sam Rockwell élèvent un peu la note, la mise en scène de Pablo Cabezas abuse d’effets de style et devient foncièrement agaçante. Mr. Right cherche désespérément l’attention, mais il n’offre finalement rien pour mériter celle-ci.
(L'avis de la rédaction : Bouchard : *½ | Lanlo : *½ | Charles : ** | Gignac: **½)
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon