Love & Friendship (Amour & Amitié) ***

3 juin 2016

Lady Susan Vernon (Kate Beckinsale) est déterminée à trouver un mari pour sa fille et pour elle-même, n’épargnant personne sur son passage.

Réalisateur : Whit Stillman | Dans les salles du Québec le 3 juin (Métropole)

Whit Stillman semble tenir en haute estime son public puisqu’il ne perd pas (ou peu) de temps pour mettre en contexte son récit. Quelques cartons titres et une liste de personnages nous sont brièvement offerts pour débuter une histoire qui avance à toute vitesse. Les premières minutes du film entraînent donc une certaine confusion et il faudra un temps d’adaptation pour s’accommoder au rythme effréné de Love & Friendship. Une fois le pas pris, l’expérience est charmante!
Kate Beckinsale est remarquable dans le rôle principal de Lady Vernon, une manipulatrice ancrée si profondément dans sa propre perspective qu’elle est loin de se douter des dégâts qu’elle cause sur son passage. Son étonnant mélange de déconnexion sociale, d’ambition féroce et de répartie plus rapide que l’éclair fait d’elle une redoutable veuve machiavélique. Son point de vue est juste et justifiable et personne ne pourra lui faire démordre de ce fait.
Les dialogues trépidants, véritable carburant d'un film à l’humour léger et subtil, nous gardent constamment alertes. Comme l’intrigue, les scènes verbeuses comptent sur l’attention infaillible du public. La majorité des gags sont discrets et les jeux des acteurs ne trahissent jamais le fait que leurs personnages sont très sérieux. Pour sa part, le bouffon Sir James Martin (Tom Bennett) se démarque par son incompréhension absolue de ce qui l’entoure, à l’opposé de Susan Vernon. Sa bonne humeur et sa naïveté amènent un vent de fraîcheur sur cet univers fait de nantis prenant trop au sérieux le commérage et n’ayant rien de mieux à faire que mettre le nez dans les affaires des autres.
Si les dialogues sont la force du film, la réalisation ne se démarque pas particulièrement. La caméra n’offre rien d’exceptionnel et donne à l'ensemble une ambiance plus théâtrale. Le problème n’est cependant pas majeur : il permet aux acteurs et à leurs répliques, la véritable force du film, de se distinguer un peu plus.
Aussi modeste que sympathique, Love & Friendship risque de plaire à plus d’un!
L'avis de la rédaction :

Olivier Maltais: ***
Jean-Marie Lanlo: **
Martin Gignac: ***½
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon