Personal Shopper ****

24 mars 2017

Texte publié dans le cadre du festival Cinemania 2016

Maureen (Kristen Stewart), une jeune Américaine vivant à Paris, est «personal shopper» pour une célébrité. Dans le même temps, elle attend des nouvelles de son frère jumeau, récemment disparu.

Réalisateur: Olivier Assayas | Dans les salles du Québec le 24 mars 2017 (Métropole)

Pour sa deuxième collaboration consécutive avec Kristen Stewart, Olivier Assayas offre à l’actrice américaine un nouveau rôle qui fera définitivement comprendre à ses fans d’hier qu’elle a refermé le pitoyable chapitre Twilight!
Personal Shopper pourra en effet être perçu par certains comme une oeuvre radicale, sans véritable récit et dont les enjeux sont peu clairs. Loin de nous déplaire, cette approche est au contraire très appréciable et colle parfaitement à l’esprit du film, qui consiste en une lutte entre l'immatériel (l’héroïne est une médium qui attend un signe de l’au-delà de son frère jumeau récemment décédé) et le matériel (symbolisé par sa profession: «personal shopper» pour une célébrité trop occupée à se faire voir aux quatre coins du monde pour avoir le temps de se procurer bijoux et vêtements de luxe indispensables à son image). Le film peut déstabiliser en décrivant dans le détail ces deux univers opposés, mais parvient à envoûter de manière presque mystérieuse en les faisant se côtoyer avant de littéralement massacrer un des deux.
Pour nous entraîner dans cette tentative de rendre cinématographiquement viable cette prise de pouvoir de l'immatériel, Assayas s’appuie sur la prestation de Kristen Stewart (sublime en jeune femme qui peine à se défaire d’une vie qui ne lui convient pas… et qui n’est pas sans rappeler son propre parcours d’actrice), sur une écriture qui semble décousue à force de refuser un schéma classique de développement narratif, et sur une mise en scène de plus en plus touchante dans sa capacité à impressionner par son apparente simplicité (le dernier plan est à ce titre magnifique).
Au final, Personal Shopper est un film qui ne fait certes rien pour plaire à tout prix… mais qui parvient à fasciner avec un minimum d’effets.
Et si c’était tout simplement le film le plus réussi d’Assayas depuis son exceptionnel Demonlover
L'avis de la rédaction :

Jean-Marie Lanlo: ****
Martin Gignac: ****
Pascal Grenier: ****
Olivier Bouchard: ***½
Olivier Maltais: ***
Ambre Sachet: **
 

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Pascal Grenier (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard (AQCC)
Ambre Sachet
Réviseure:
Geneviève Pigeon