31 août 2018

★★★½ | En guerre

SHARE
Réalisé par Stéphane Brizé | Dans les salles du Québec le 31 août 2018 (MK2│Mile End)
Après une adaptation de Guy de Maupassant (Une vie), Stéphane Brizé livre avec En guerre une sorte de suite thématique à l'excellent La loi du marché. Nous retrouvons ici l'acteur fétiche du cinéaste (Vincent Lindon, une nouvelle fois excellent) et un thème social qui tourne autour de la difficulté du monde du travail. Cette fois, le personnage incarné par Lindon est un syndicaliste qui se bat pour faire respecter la parole de son employeur: maintenir l'usine en activité en échanges des efforts consentis depuis plusieurs années par les employés. Mais comme c'était déjà le cas avec La loi du marché, l'acteur baigne dans une illusion de réel orchestrée avec une justesse impressionnante par Brizé: l'alchimie entre l'acteur expérimenté et les non professionnels est parfaite, les dialogues très écrits sont d'une justesse constante, et la caméra, qui semble toujours à la recherche de son sujet et de son point, parvient à renforcer un peu plus cette illusion de prise sur le vif, sans excès de flous ou de bougé, pour un résultat que l'usage risqué (mais totalement convaincant) du format Scope rend encore plus bluffant.
De son côté, l'écriture est tout aussi remarquable. Nous avons déjà abordé les dialogues, mais le discours politique est tout aussi réussi. Loin de défoncer des portes ouvertes en offrant sur un plateau un discours militant sans nuance pour caresser la gauche dans le sens du poil (au risque de se mettre à dos des spectateurs aux idées plus neutres), Brizé apporte la nuance qui manque si souvent aux cinéastes politiques (les Dardenne par exemple, trop souvent!), essaie de comprendre les différents points de vue (ou du moins de les exposer) et ne condamne pas d'emblée et sans jugement ceux qui ne pensent pas comme lui. Le résultat touche au but en refusant de limiter son combat à celui des gentils (les ouvriers opprimés) contre les méchants (les patrons qui s'en mettent plein les poches). Bien évidemment, ses opinions politiques ne laissent planer au final aucun doute, mais Brizé a le mérite de prendre le temps d'exposer un avis plutôt que de vouloir uniquement prêcher à des convaincus.
Tout était donc réuni pour qu'En guerre soit une grande réussite... jusqu'à sa fin, véritablement consternante. Après avoir fait preuve de nuance tout au long du film, En guerre s'écroule totalement à l'occasion de l'ultime plan. Les qualités du films nous faisaient jusqu'ici oublier certaines faiblesse, notamment le caractère un peu trop parfait et pas assez complexe (presque trop christique) du personnage principal. En transformant son personnage en martyr, Brizé transforme en évidence une faiblesse qui parvenait à se faire discrète. Sera-t-elle suffisante pour faire a posteriori de l'ombre au film? Chacun jugera, mais une chose est sûre: il serait dommage de passer à côté des 105 premières minutes!
SHARE