Pater ***

11 mai 2012

Alain Cavalier joue au Président de la République.
Vincent Lindon joue au Premier ministre.
À moins qu’ils ne jouent à faire un film!

Réalisateur: Alain Cavalier | Dans les salles du Québec le 11 mai 2012 (Funfilm Distribution)

Si le point de départ du film est la relation entre un Président de la République et son Premier ministre, les dialogues ressemblent en réalité trop à une discussion de café du commerce pour intéresser les amateurs de politique (à qui nous conseillerons plutôt de voir L'exercice de l’État). Mais cela ne gâche en rien l’intérêt de Pater, car il est en réalité surtout une expérience cinématographique ludique où le vrai et le faux se mélangent, où tout devient jeu, y compris le jeu lui même. Le plaisir pour le spectateur de voir deux personnalités majeures du cinéma français s’amuser à faire un film comme des gamins, en improvisant (l’aspect café du commerce du discours politique dont nous parlions plus haut) ou en inventant des idées de mise en scène est un réel plaisir.
Au delà de cet aspect ludique (fort sympathique, mais qui ne mérite peut-être pas les 17 minutes d’ovation reçues à l’occasion du dernier Festival de Cannes), Pater est aussi un documentaire sur l’homme Lindon. Si l’acteur parvient à habiter ses rôles avec force, l’homme que nous suivons ici se révèle être d’une fragilité presque enfantine, mal dans sa peau, déformé perpétuellement par des tics faciaux. L’observer et comparer son image avec celle qu’il projette dans ses films est tout simplement fascinant. Et si finalement, en se donnant des allures tout autres, Pater était en réalité un documentaire sur Vincent Lindon?
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon