Over My Dead Body ****

24 février 2012

Film de clôture des 30ème Rendez-Vous du cinéma québécois

Le danseur et chorégraphe Dave St-Pierre, 34 ans, est atteint de fibrose kystique. Son espérance de vie est de 37 ans si aucune greffe du poumon n’est réalisée. Sous la caméra attentive de son amie Brigitte Poupart, le chorégraphe va lutter contre sa maladie dans l’attente d’un nouvel organe.

Réalisatrice: Brigitte Poupart | Dans les salles du Québec le 26 février 2012 (Les films du 3 mars)

Pour leur film de clôture, les Rendez-Vous du cinéma québécois frappent fort avec le magnifique premier film de Brigitte Poupart (vue récemment dans Monsieur Lazhar). Avec un point de départ qui aurait pu être d’un intolérable voyeurisme (une sorte de journal intime filmé de ce qui aurait pu être les derniers instants du chorégraphe Dave St-Pierre), Brigitte Poupart (lire notre entrevue) nous propose une œuvre fourre-tout d’une cohérence, d’une justesse et d’une intelligence stupéfiantes. En quatre-vingts petites minutes où se côtoient vidéos filmées sur le vif et instants graphiquement plus recherchés, prise de son directe de qualité forcément médiocre et bande son par moment très présente mais toujours pertinente de Misteur Valaire, extraits de spectacles de Dave St-Pierre et entretiens avec des chirurgiens, Brigitte Poupart nous livre un film inventif et touchant sur l’amitié, la création, la relation entre l’artiste et son œuvre, l’espoir, la maladie, la mort... le tout en rendant un très bel hommage au personnel médical.
Que vous n’aimiez pas les documentaires, que vous n’aimiez pas la danse, que vous n’ayez pas trop envie de passer 80 minutes avec un homme attendant une mort possible... cela peut se comprendre, mais ne doit en rien vous empêcher d’aller voir ce sublime Over My Dead Body.

Lire notre entrevue avec Brigitte Poupart.
 

Suivre Cinéfilic

Archives

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard
Olivier Maltais
Réviseure:
Geneviève Pigeon