28 mars 2018

Isle of Dogs ***

SHARE
Au Japon, les chiens d’une grande ville sont tous envoyés en exil sur une île / décharge. Un jeune adolescent s’y rend dans l’espoir de retrouver son chien.

Réalisateur: Wes Anderson | Dans les salles du Québec le 28 mars 2018

Neuf ans après Fantastic Mr. Fox, le cinéaste adepte du burlesque dépressif revient avec un nouveau film d'animation. Comme c'était déjà le cas avec son précédent The Grand Budapest Hotel , l'intime se mêle ici au collectif avec cette fable pour enfants (mais pas que!) très politique, qui aborde de nombreuses questions sociétales autour du pouvoir, de la manipulation de l'information et de la résolution de problèmes divers liés à notre société en mutation constante. Malheureusement, en s'adressant à la fois à un public adulte et enfantin, tout en assumant la carte du divertissement au rythme très rapide, Wes Anderson simplifie et minimise tous les enjeux collectifs qu'il aurait pu aborder (alors qu'il y était parfaitement parvenu avec une grande finesse dans The Grand Budapest Hotel), en passant également à côté de ses personnages (comme si l'excès de rythme qu'il essaie d'insuffler à l'ensemble ne parvenait qu'à abrutir le spectateur et à empêcher chaque personnage de présenter autre chose qu’un caractère au monolithisme désincarné).
Les effets de mises en scène n’arrangent pas les choses. Certes, Anderson ose et propose, mais en insistant sur certains choix (notamment au niveau du cadre), il n'est jamais très loin de la facilité, voir du procédé (reproche que l'on pourrait faire également à la musique du multi-oscarisé Alexandre Desplat, qui a cependant le mérite d'être cohérente avec la proposition andersienne).
Nous sommes cependant conscient que ces choix peuvent aussi être vus comme des prises de risque fort respectables. Ils peuvent même convaincre, d’autant plus que le film possède également d’évidentes qualités techniques.
En bref, certains l’apprécieront grandement. Tant mieux pour eux!
L'avis de la rédaction :

Jean-Marie Lanlo: ***
Martin Gignac: ****
SHARE