Dunkirk (Dunkerque) ****½

21 juillet 2017

À Dunkerque pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés tentent l'évacuation des soldats blessés par la terre, la mer et les airs.

Réalisateur : Christopher Nolan / Dans les salles du Québec le 21 juillet 2017. (Warner Bros.)

Le film de guerre semble être un passage obligé pour les grands cinéastes. Kubrick est passé par là, tout comme Spielberg, Malick, Tarantino ou Eastwood, et c'est maintenant au tour de Christopher Nolan. Cinéphile averti, l'homme derrière la dernière trilogie Batman a vu tout ce que le genre a produit par le passé, retenant le meilleur (All Quiet on the Western Front en tête) tout en innovant, ce qui est pratiquement impossible à notre époque (sauf exception comme Le fils de Saul).
Préférant l'intime au spectaculaire, amenant sa valeureuse brochette d'acteurs (Rylance, Hardy, Murphy, Branagh et d'excellents comédiens peu connus comme un ancien membre du groupe de musique One Direction) directement sur le champ de bataille, ce long-métrage viscéral poursuit les obsessions de son auteur sur le temps et les lieux, multipliant les ellipses sidérantes à l'aide d'un montage expert où tous les éléments sont utilisés pour recréer le chaos en place.
C'est Interstellar, Inception et Memento élevés à leur paroxysme par un créateur en pleine possession de ses moyens. Amoureux du muet, Nolan fait parler la magnificence de ses images - souvent tournées à l'aide de fabuleuses caméras IMAX - tout en proposant un jeu dantesque sur le son. Les prouesses sonores marqueront au fer rouge les spectateurs, au même titre que la musique de Hans Zimmer qui aura rarement été aussi incarnée.
Capable de rejoindre à la fois le large public et le cinéphile averti, Dunkirk n'est évidemment pas parfait, laissant pointer quelques coins ronds au sein de sa narration et décevant légèrement dans sa conclusion plus conventionnelle. Cependant, durant 95% du film, le suspense prenant à la United 93 ou Le salaire de la peur reste d'une intensité peu commune.
Dunkirk est au final un éblouissant trip sensoriel où la respiration vient à manquer et où le cœur bat toujours plus rapidement. Voilà une expérience à expérimenter de toute urgence, en s'assurant de choisir l'écran de cinéma le plus grand et le son le plus puissant.
L'avis de la rédaction :

Martin Gignac: ****½
Jean-Marie Lanlo: ***½
Miryam Charles: ***½
Olivier Bouchard: ***½
Ambre Sachet: ****
 

L'équipe

Rédacteur en chef:
Jean-Marie Lanlo (AQCC)
Comité de rédaction:
Miryam Charles
Martin Gignac (AQCC)
Pascal Grenier (AQCC)
Rédacteurs:
Olivier Bouchard (AQCC)
Ambre Sachet
Réviseure:
Geneviève Pigeon